L’humain, un visage qui incarne son époque, une expression singulière, venu de la nuit des temps, ayant traversé les âges. Les humains, tous uniques, qui traversent nos vies par milliers et
millions, êtres aimés, personnalités célèbres, anonymes que nous croisons dans nos villes…
Tous différents, chacun unique, et pourtant représentant l’unicité de l’Humanité. Chaque humain, chaque visage, chaque expression peut se révéler au travers de la glaise, du crayon, du
masque, de la pellicule…

Et chacun des personnages devient acteur du tableau vivant que Marie Serruya développe au travers de son œuvre.

Et chacun communique avec le spectateur, questionnant notre héritage, nos valeurs, notre monde, notre rapport à l’autre.


Dans son univers mêlant émotion, humour et questionnement, croisant l’univers iconoclaste de Boris Vian et les dystopies de George Orwell, puisant dans l’âge de fer et la société de
consommation, Marie Serruya nous présente une œuvre multiforme. Des petits masques, qui semblent se parler, tout autant inspirés des Arts Primaires et des têtes réduites que du monde moderne ; des vidéos au rythme contemporain avec une esthétique réminiscence de Jacques Tati ; et également sur scène, une nouvelle performance interactive,
qui placera le spectateur-acteur au creux de sa raison d’être.


De manière créative, drôle et impertinente, Marie Serruya nous confronte à notre singularité, elle nous alerte sur l’uniformité, elle nous encourage à exprimer les multiples unicités qui nous
permettent de faire nos choix, de vivre libre.

Sachons rire de nous-mêmes, sachons raconter nos propres mythologies et récits, sachons exister, faire vivre et rire nos différences…

Copyright © All rights reserved